Intervenant 2017

Patrick ChappatteDessinateur de presse

Dessine-moi le monde

Patrick Chappatte dessine pour The New York Times et pour les quotidiens suisses Le Temps et la NZZ am Sonntag. À deux reprises, en 2011 et 2015, il a reçu le prix Thomas Nast du Club américain de la presse internationale. Lors de ces vingt dernières années, Patrick Chappatte a exploré les voies du journalisme graphique en version papier, pour le Web et sous forme animée pour la télévision. Son dernier projet, mené en compagnie de sa femme journaliste Anne-Frédérique Widmann, est une série de cinq reportages « Au cœur du couloir de la mort » publiés sur le site du New York Times en mai 2016. À travers ses initiatives nommées « Crossed Pens », il rassemble des dessinateurs de presse originaires de pays en conflit pour encourager le dialogue sur les droits de l’homme à travers leur travail. Il est également cofondateur de la Cartooning for Peace Fondation, dont le président d’honneur est Kofi Annan.

Conférence en vidéo

« S’il ne devait rester qu’une signification, qu’un seul sens à notre monde, cela devrait être le sens de l’humour. »

Compte rendu : Dessine-moi le monde

L’actualité vue par un dessinateur de presse revient à regarder le monde par la lorgnette de l’humour, de l’ironie et parfois même de la dérision. Patrick Chappatte en a fait une démonstration au FHH Forum. Quand Patrick Chappatte, dessinateur de presse pour The New York Times et pour les quotidiens suisses Le Temps et la NZZ am Sonntag, plante le décor, autant dire qu’il ne laisse guère planer de doute quant à sa vision du monde. « La grande question du moment, expliquait-il lors de son intervention au FHH Forum, c’est de savoir quelle heure il est. » Question on ne peut plus triviale devant un…

L’actualité vue par un dessinateur de presse revient à regarder le monde par la lorgnette de l’humour, de l’ironie et parfois même de la dérision. Patrick Chappatte en a fait une démonstration au FHH Forum.

Quand Patrick Chappatte, dessinateur de presse pour The New York Times et pour les quotidiens suisses Le Temps et la NZZ am Sonntag, plante le décor, autant dire qu’il ne laisse guère planer de doute quant à sa vision du monde. « La grande question du moment, expliquait-il lors de son intervention au FHH Forum, c’est de savoir quelle heure il est. » Question on ne peut plus triviale devant un parterre de professionnels de la mesure du temps, si ce n’est que l’instrument qui doit servir de référence n’est assurément pas le même pour tous. Pour Patrick Chappatte, il s’agit de l’horloge de la fin du monde, cette horloge de l’Apocalypse conceptualisée dès 1947 par l’université de Chicago, aujourd’hui mise à l’heure par le Bulletin des scientifiques atomistes et son panel d’experts comptant notamment une quinzaine de prix Nobel. Or, en janvier dernier, ladite horloge a été avancée de 30 secondes pour afficher désormais 23 heures 57 minutes et 30 secondes, soit deux minutes et demie avant l’« inéluctable ». Cela fait 64 ans, depuis l’explosion de la première bombe atomique à hydrogène par l’URSS en 1953, que la célèbre horloge n’avait plus été aussi proche de l’heure fatidique. Et ce, en raison de « la forte montée du nationalisme dans le monde, des déclarations du président Donald Trump sur les armes nucléaires, du réchauffement climatique et de la détérioration de la sécurité mondiale dans un contexte de technologies de plus en plus sophistiquées », selon les termes de ces nouveaux démiurges horlogers.

Quel sens donner ?

Inutile de dire que tous ces thèmes sont au cœur du travail de Patrick Chappatte, lauréat à deux reprises du prix Thomas Nast du Club américain de la presse internationale. Lors de ces 20 dernières années, Patrick Chappatte a ainsi exploré les voies du journalisme graphique en version papier, pour le Web et sous forme animée pour la télévision. L’un de ses derniers projets, mené en compagnie de sa femme journaliste Anne-Frédérique Widmann, est une série de cinq reportages « Au cœur du couloir de la mort » publiés sur le site du New York Times en mai 2016. À noter également qu’avec son initiative « Plumes croisées » Patrick Chappatte rassemble des dessinateurs de presse originaires de pays en conflit pour encourager le dialogue sur les droits de l’homme. Sans oublier la Cartooning for Peace Fondation, dont il est cofondateur et qui compte Kofi Annan comme président d’honneur.

Tout au long de son intervention, imagée comme il se doit, Patrick Chappatte a ainsi conduit son auditoire au travers des grandes thématiques qui occupent la planète : conflit nucléaire avec la Corée du Nord, funestes flux migratoires, peur du terrorisme, Brexit suicidaire, réchauffement climatique, ingérence russe dans les élections américaines, « ubérisation » de nos sociétés, fossé des inégalités… Même l’Apple Watch, la voiture intelligente et les nouvelles technologies passent par le crible de sa vision décalée. Question de faire réfléchir sur les enjeux de notre monde avec lucidité et cette pointe d’ironie qui fait parfois douter de la réalité même des faits. Car pour Patrick Chappatte, une seule vérité compte : « S’il ne devait rester qu’un seul sens à donner à nos existences, ce devrait être le sens de l’humour ! »

Interview en vidéo

Cliquez sur la vidéo pour visionner l’interview de l’intervenant dans le cadre du Forum.

Les Intervenants

Découvrez les experts et personnalités attendues au Forum.